Tuesday 10 May 2016
LIFESTYLE

Café turc à faire soi-même

Le café turc est le mode le plus ancien de boire le café et est parvenu jusqu’à ce jour quasiment inchangé. Toutefois il ne suffit pas de bouillir du café moulu avec un peu d’eau pour faire un café turc, il faut de l’expérience et beaucoup d’attention. Mais le résultat en vaut la peine.

T

LE PROCESSUS

Un bon café turc doit être cuit lentement, à feu très bas, si possible dans la cafetière traditionnelle, faite en cuivre avec l’intérieur en argent émaillé, avec une grande base et le sommet plus étroit.

On chauffe l’eau à 60°C et on ajoute le café. Une fois que l’on ajouté le café en poudre, on amène la température à 90°C environ, sans faire bouillir l’eau. La proportion parfaite est de 1 à 7, à savoir une cuillère à café de 10 grammes pour une petite tasse.

Après une minute on mélange une seule fois la poudre avec une cuillère en bois et on ajoute le sucre, sans retirer du feu. Le café turc est servi à différents niveaux de douceur : sade (amer, sans sucre), az şekerli (peu sucré), orta şekerli (moyennement doux),  çok şekerli (très doux). La version amère et la plus douce ne sont pas des gouts un peu extrêmes, tandis qu’une petite cuillère et demi est probablement la meilleure version pour apprécier cette boisson.

Après 2-3 minutes du moment où l’eau est chaude, le café est servi dans les tasses et apporté aux hôtes. Trop prolonger l’ébullition du café donne un goût désagréable de “cuit” ou un gout de “brûlé”, tandis que faire trop peu bouillir ou à une température trop basse donne un café sous-extrait, sans saveur ni arômes.

COMME ON LE SERT

Le laisser refroidir pendant au moins deux minutes avant de le boire, de manière que la poudre se sédimente sur le fond, et ne doit pas être mélangé. Pour le boire faire attention à incliner légèrement la tasse, car la poudre très fine de café finit rapidement dans la bouche – ce qui est plutôt désagréable.

En Turquie et dans de nombreux pays arabes, mais également en Grèce , il est servi dans les tasses traditionnelles avec un verre d’eau fraiche, à boire d’abord pour rincer la bouche et mieux savourer le café. A Istanbul la dégustation se conclut par un turkish delight, une gélatine douce parfumée à la rose ou aux fruits, qui se fond parfaitement avec le goût du café. Même pour l’expresso classique !